En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Dossiers

Interdiction des lampes halogènes directionnelles par l’UE

Par Christophe Bourges, Directeur des ventes Europe du Sud et Afrique chez Lutron

Publication: 18 octobre

Partagez sur
 
4 conseils pratiques sur la gradation des LED...
 

Depuis le 1er septembre 2016, la Commission Européenne a interdit la commercialisation des ampoules halogènes directionnelles. A partir de 2018, cette mesure concernera toutes les lampes halogènes. A l’heure où l’éclairage est un poste de dépense non négligeable pour les foyers et les bâtiments commerciaux français, la transition vers davantage de systèmes LED et de lampes tamisées est en cours et devrait s’accélérer.

En effet, la gradation des LED réduit la quantité d’énergie les traversant ainsi que "la température de jonction" des puces LED et augmente ainsi la durée de vie de la LED tout en limitant le nombre de cycles d’entretien. Ensuite, d’un point de vue esthétique, les lumières tamisées créent une atmosphère belle et confortable qui ne peut être obtenue que grâce à une combinaison réussie d’une lampe LED avec un gradateur adapté.

Il faut toutefois savoir bien s’y prendre pour réussir à faire varier la luminosité des LED avec succès. En effet, l’éclairage par les LED est sujet au vacillement et à l’instabilité lorsqu’on le fait varier en intensité. Les puces LED réagissent très vivement. Ainsi, alors qu’avec des sources de lumière traditionnelles, telles que les lampes à incandescence, il était normal d’utiliser des ampoules provenant de divers fabricants, on ne peut plus compter sur cette façon de faire avec des LED. Il est désormais crucial de vérifier la bonne compatibilité entre tous les éléments d’un système d’éclairage LED : ampoules, gradateurs mais également drivers. Voici quelques conseils pratiques à suivre :

1. Tous les systèmes LED ont un driver qui convertit le courant alternatif haute tension entrant en un courant continu basse tension sortant. Dans les lampes à éclairage variable les plus fréquentes, ces équipements électroniques sont généralement cachés à l’intérieur de la lampe, souvent situés dans la tige, ou comme un petit circuit imprimé interne. Pour les luminaires LED, il s’agit souvent d’une boîte de montage à distance, liée par un câble court au « moteur de lumière ». La compatibilité du driver avec le gradateur est un élément crucial pour s’assurer d’obtenir une variation sans scintillement.

2. Toutes les lampes à LED ne se valent pas – des modèles différents ne fonctionnent pas de la même façon, même lorsqu’ils sont connectés au même type de gradateur. Et l’éclairage de certaines lampes n’est pas variable du tout ! Cette information est souvent inscrite en petits caractères sur l’emballage et donc facile à manquer. Il est essentiel de s’assurer d’utiliser uniquement des lampes qui ont été testées pour leur compatibilité avec le gradateur que vous utilisez.

3. La "charge minimale" est une problématique de nombreux gradateurs plus anciens, mais pas sur tous ! Certains gradateurs exigent au moins 40W de charge alors que les graduateurs récents, conçus spécifiquement pour des LED, n’ont pas cette restriction. Selon la conception interne de la lampe LED, vous pouvez éventuellement utiliser des gradateurs « obsolètes », mais la seule façon de le savoir avec certitude est de tester la combinaison de la lampe et du driver avec le gradateur.

4. Le plus bas niveau de luminosité stable pourra varier considérablement entre les modèles de lampes. Certaines lampes sont davantage adaptées que d’autres pour un atteindre un niveau d’éclairage bas. L’industrie de l’éclairage utilise généralement une « puissance mesurée » pour décrire les niveaux de gradation, par exemple 10%, 5% ou 1%, etc. Cependant, « luminosité mesurée » et « luminosité perçue » ne doivent pas être confondues : nos pupilles s’ouvrent à des niveaux de faible luminosité pour laisser passer plus de lumière, et par conséquent, nous remarquons plus facilement les petits changements de luminosité à des niveaux bas. La combinaison « lampe + driver + gradateur » qui peut tamiser jusqu’à un niveau de puissance de 10% sera perçue comme si elle était à 30% de luminosité. Pour obtenir une luminosité perçue de 10%, vous aurez besoin de trouver une combinaison capable de diminuer jusqu’à 1% seulement la lumière mesurée. Cela réduit considérablement votre choix de fournisseur de lampes LED. Il est donc important de vous appuyer sur les résultats des tests effectués par votre fournisseur de gradateur et de driver LED.

http://www.lutron.com/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: