En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Dossiers

Expérimentation SOGRID à Toulouse : promesses tenues pour une première mondiale

Publication: 10 octobre

Partagez sur
 
Projet de recherche technologique et industrielle majeur lancé en 2013 à Toulouse, SOGRID est mené par Enedis et STMicroelectronics au sein d’un consortium de 10 partenaires...
 

Doté d’un budget de 27 millions d’euros, il s’inscrit dans une démarche globale qui vise à développer les Smart Grids (réseaux électriques intelligents) au bénéfice des territoires et des utilisateurs.

En cette rentrée 2016, le dispositif a franchi avec succès une nouvelle étape décisive, au terme de l’expérimentation terrain menée sur le territoire de la métropole toulousaine. Durant 12 mois, 1000 foyers en zones urbaines et rurales ont été impliqués dans cette première mondiale, avec plus de 1300 équipements connectés sur le réseau.

Réussite technologique

Pour la première fois, à Toulouse en 2016, un réseau de distribution d’électricité est devenu intégralement numérique sur le plan télécom, avec l’injection d’un courant porteur en ligne de 3e génération (CPLG3), sur les réseaux basse et moyenne tension.

Le signal télécom, testé sur un circuit de 35 km au total est capable de parcourir plus de 10 km avec les niveaux d’émission les plus exigeants et le niveau de robustesse le plus fort.

Le signal se propage seul, sans relais sur 5 km, ce qui indique que le nombre d’équipements pourra être optimisé pour couvrir une grande surface de territoire.

Le transfert d’information se fait en moins d’une seconde, avec un taux de perte très faible, inférieur à 1 %. Le tunnel de télécommunication ainsi constitué est donc ouvert et sécurisé en permanence.

L’expérimentation toulousaine a permis la modélisation de la supervision basse tension et de l’estimation d’état du réseau, jusqu’au client final.

L’injection sur le réseau de flux d’électricité générés par des producteurs ou consomm’acteurs pourra être gérée efficacement, au moyen de cette supervision en temps réel qui garantira un niveau de qualité maximal. Le projet répond bien ainsi aux impératifs de la transition énergétique.

Une dynamique d’innovation scientifique et de R&D

Dans le cadre du projet, pas moins de 5 brevets ont été déposés : 2 pour Enedis (synchronisation des équipements via la fréquence 50 Hz ; fonction handover installée dans le SI télécom) et 3 pour Nexans (alimentation continue basse tension pour dispositifs électroniques de communication ; procédé de montage de dispositifs sur mesure et/ou de communication sur un câble de transport électrique ; using existing power transformers as coupling systems for PLC MV communication).

SOGRID a également donné lieu à plus de 20 publications scientifiques, sous l’impulsion des partenaires académiques, l’Ecole Polytechnique et Grenoble INP.

SOGRID : un projet majeur pour construire le réseau du futur

SOGRID a pour objectif de réaliser une chaîne innovante de communication numérique sur le réseau de distribution d’électricité, en rendant ce dernier intégralement pilotable en temps réel. Avec les équipements connectés développés par SOGRID, capables d’entrer en interaction grâce à la technologie CPL (courant porteur en ligne), le réseau renforce sa fiabilité, sa performance et sa qualité de service. Les capteurs déployés sont ainsi notamment en mesure de détecter d’éventuelles pannes au domicile des clients et d’y remédier instantanément. Outil de transition énergétique, le système est également conçu pour intégrer les nouveaux usages des consommateurs tels que la production d’énergies renouvelables et l’essor des véhicules électriques. L’expérimentation toulousaine permettra de construire en France le futur réseau intelligent à l’horizon 2030. A l’échelle internationale, les nouveaux matériels mis au point par les partenaires industriels pourront aborder un marché estimé à plus de 1.7 milliards d’euros.

« Nous avons tenu nos engagements, SOGRID est une réussite collective, avec tous les partenaires. Le projet est une belle démonstration du savoir-faire français de la filière smart grid. Nous sommes allés au-delà de ce que nous envisagions en 2013 », explique Jean Paoletti, Directeur Régional Enedis Midi-Pyrénées Sud.

Par ailleurs, fin 2016, Enedis finalise le développement d’un serious game SOGRID, un outil original de présentation du dispositif aux élus et acteurs économiques.

SOGRID : les partenaires

Lancé en avril 2013 à Toulouse, SOGRID regroupe 10 partenaires au sein d’un consortium mené par Enedis et STMicroelectronics dans le cadre d’un projet industriel aux ambitions mondiales.

SOGRID est issu de l’appel à manifestation d’intérêt de l’Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (Ademe) sur les réseaux électriques intelligents. Initié dans le cadre des investissements d’avenir en 2011, il a été validé par l’Etat en 2012. Le projet bénéficie d’un budget total de 27 M€, dont un soutien financier de 12 M€ émanant de l’Ademe.

Autour d’Enedis et STMicroelectronics, le consortium réunit :

- Des industriels : Nexans, Sagemcom, Landis+Gyr, Capgemini

- Des PME innovantes : Trialog, LAN

- Des partenaires universitaires et de recherche : Grenoble INP (laboratoires G2Elab et LIG), École Polytechnique (Laboratoire d’informatique LIX).

SOGRID bénéficie du soutien de l’ADEME à travers le programme des Investissements d’Avenir.

http://www.sogrid.info/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: