En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Dossiers

Six start-up européennes nominées pour le Green Alley Award 2016

Publication: 7 octobre

Partagez sur
 
Des murs vivants pour un air pur dans les villes, une application restaurant pour les restes alimentaires,un éclairage conçu à partir de bio-organismes,des autocollants de conservation pour les denrées alimentaires...
 

Les finalistes du troisième Green Alley Award, le premier prix européen pour les entrepreneurs du secteur de l’économie circulaire, sont désormais connus. Parmi presque 200 candidatures, six idées commerciales ont été sélectionnées qui vont tenter de remporter le Green Alley Award le 27 octobre 2016 à Berlin. Les start-up nominées viennent de Grande-Bretagne, de France, de Finlande et d’Allemagne. Les entrepreneurs ont chacun cinq minutes pour présenter leurs idées à un jury composé de six personnes. La start-up la plus convaincante sera élue vainqueur du Green Alley Award 2016.

« Nous avons reçu des candidatures de 52 pays. Ce chiffre prouve que les entrepreneurs venant d’Europe et même d’au-delà s’intéressent à l’économie circulaire et veulent contribuer à la préservation des ressources avec leurs modèles commerciaux. Les entrepreneurs s’emploient à résoudre des problèmes du quotidien et les transforment en concepts durables et économiques. Il est passionnant de voir combien de choses se produisent dans ce secteur et de constater que les défis sont reconnus et gérés d’une manière qui n’existait pas jusqu’à présent », explique Jan Patrick Schulz, directeur de la société Green Alley Investment GmbH.

Depuis 2014, Green Alley, filiale de Landbell AG, récompense tous les ans des idées sur le thème des déchets et de la gestion des ressources avec le Green Alley Award. Les partenaires du prix sont la plateforme de financement participatif Seedmatch, le programme d’accélération londonien Bethnal Green Ventures et European Recycling Platform (ERP) Finlande.

Sur une scène devant un public international composé d’experts et de start-up du secteur de l’économie circulaire, les finalistes suivants tenteront au mois d’octobre de décrocher la première place :

Das Tiffin Projekt

Si l’on cherche un plat que l’on a commandé au restaurant, celui-ci est en général contenu dans du plastique, du polystyrène, du carton ou bien du papier d’aluminium – voire même souvent une combinaison de ces matériaux. Chaque année, un citoyen européen produit en moyenne presque 160 kilogrammes de déchets d’emballages. La start-up berlinoise « Das Tiffin Projekt » a pour objectif de réduire considérablement ces déchets. Par l’intermédiaire d’un système de prêt réutilisable, les restaurants participants offrent à leurs clients la possibilité de chercher leur repas sans emballage et de le transporter chez eux dans une boîte en acier inoxydable réutilisable.

Design by Sol

Les aliments tels que le poisson ou la viande ayant dépassé la date de durabilité minimale sont-ils néanmoins encore consommables ou bien sont-ils déjà impropres à la consommation ? Grâce à la start-up britannique Design by Sol et à sa « Bump Mark », un autocollant à base de gélatine fixé sur l’emballage, voilà une question que l’on ne devra plus se poser à l’avenir. À l’aide de l’autocollant qu’il suffit de toucher, le consommateur peut déterminer si le produit en question est encore frais. Si l’autocollant gonfle, alors il vaut mieux ne pas consommer le produit. L’objectif de Design by Sol est de réduire le gaspillage alimentaire à l’avenir et de faire en sorte que ce qui est consommable soit bel et bien consommé plutôt que de n’atterrir avec les 123 kilogrammes d’aliments que jette tous les ans à la poubelle chaque habitant de l’UE.

Glowee

La nuit, les bâtiments et les panneaux des villes sont baignés d’une lumière bleue – éclairés par des bio-organismes lumineux. Telle est la vision de la start-up française Glowee. Pour ce faire, celle-ci veut utiliser des bactéries bioluminescentes – des bactéries qui produisent elles-mêmes ou bien en symbiose de la lumière. Au vu des besoins énergétiques sans cesse croissants et des émissions qui augmentent parallèlement, la demande de modèles d’électricité alternatifs s’accentue elle aussi. 19 % des besoins en électricité mondiaux sont utilisés pour alimenter l’éclairage urbain et d’autres sources lumineuses. Utilisant des propriétés naturelles, Glowee présente au marché une technologie qui peut réduire ce chiffre.

Green City Solutions

Pollution résultant des émissions de CO2, particules fines, oxyde d’azote – en Allemagne aussi, les villes risquent régulièrement de dépasser les limites prescrites en matière de polluants atmosphériques. Pour lutter contre cela, la start-up allemande Green City Solutions a inventé une solution intelligente pouvant à la fois servir d’espace publicitaire : le « City Tree », une installation en mousse végétale qui s’autoapprovisionne grâce à l’énergie photovoltaïque, l’eau de pluie et une technologie IdO. Là où en temps normal 275 arbres seraient nécessaires, un seul « City Tree » suffit : il absorbe 100 kg de CO2 par an et contribue ainsi à un air pur et un climat urbain agréable.

ResQ Club

Les restaurants qui proposent une grande variété de plats doivent s’attendre à ce qu’il y ait des restes alimentaires en fin de journée. Le gaspillage alimentaire est donc presque inévitable. Chaque année, 222 millions de tonnes d’aliments sont jetés dans les pays industrialisés. L’équipe finnoise de ResQ Club montre comment donner une seconde chance aux restes et offre parallèlement aux restaurants une nouvelle manière de créer une nouvelle source de revenus à partir de ce que l’on qualifierait en temps normal de « déchets ». Les clients peuvent acheter sur une application des plats restants provenant du coin et ce à des prix avantageux.

Restado

Selon une étude récente de Roland Berger sur la numérisation du secteur de la construction, les entreprises mettent en péril leur compétitivité si elles ne misent pas rapidement sur de nouveaux modèles commerciaux numériques. Ainsi, la productivité de ce secteur n’a augmenté que de 4 % en 10 ans. Restado a reconnu la nécessité de pourvoir le secteur du bâtiment de solutions numériques et a mis en œuvre celles-ci. Les consommateurs se demandent souvent ce qu’ils doivent faire de leur surplus de matériaux de construction. Il en va de même pour les erreurs de commandes impliquant des matériaux de construction dans l’industrie. La plateforme en ligne Restado encourage la tendance du « do it yourself » en offrant aux acheteurs des petites quantités de produits.

http://green-alley-award.com/

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: