En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Actualité des entreprises

L’impression 3D ravit le secteur du Luxe :

Publication: 28 juillet

Partagez sur
 
Les chiffres clefs de la Start Up Fabulous...
 

Le marché de l’impression 3D se chiffrait à 4,1 milliards de dollars en 2014 [1], et devrait pouvoir compter sur une croissance moyenne de +25% par an jusqu’en 2020. Horlogerie, bijouterie, packaging et PLV, optique... Le Luxe représente un marché toujours en quête de créativité et d’innovation dans les moyens de production.

Le Luxe déjà convaincu par la fabrication additive

Le luxe est souvent associé à la fabrication de produits haut de gamme façonnés de manière artisanale avec des savoir-faire ancestraux. Ces savoir-faire ont néanmoins été en leur temps des technologies de pointe, à l’instar de la fabrication additive. Dans les faits, depuis sa création en 2014, la société Fabulous est sollicitée très régulièrement par des acteurs du secteur, très ouverts sur les avantages comparatifs offerts par ces techniques :

1. Libérer la créativité : en permettant de créer des formes design complexes.

2. Renforcer le sentiment d’exclusivité : nombreuses sont les marques à trouver dans la fabrication additive l’opportunité de séries limitées, de collections capsules, voire de l’objet unique.

3. Réduire les délais de fabrication : pièces détachées ou produit fini, les cycles de fabrication sont plus courts, les clients attendent moins.

4. Production responsable : les techniques de fabrication additive se pratiquent localement. En plus des délais réduits, elles soutiennent donc l’emploi local.

5. Réduire les coûts de fabrication : la technique d’addition de couches, plutôt que de soustraction de matière, permet d’éviter les pertes de matériaux onéreux (jusqu’à 80% du métal utilisé peut être gaspillé via une technique traditionnelle).

Des matériaux variés pour repenser le produit autant que le point de vente

Les 3 premiers secteurs à utiliser la fabrication additive sont l’horlogerie, la bijouterie et la haute couture, les possibilités offertes séduisent également l’optique, le mobilier, ou la PLV et le packaging. Alors que chaque détail est emblématique de la marque, la fabrication additive permet de créer des décors saisonniers, mais aussi personnalisés aux goûts locaux.

En France, les 3 principaux matériaux usités sont :

1. Le polyamide (équivalent Nylon), dans la lunetterie et les luminaires

2. L’élastomère, présent sous forme textile sur des podiums aussi prestigieux que celui de Karl Lagerfeld

3. La céramique (bijouterie)

D’autres se développent rapidement. Le verre, utilisé dans l’horlogerie, le polypropylène, mais aussi des pigments permettant de fabriquer son ombre à paupière à la demande sur la base d’une couleur qui a retenu l’attention.

Le meilleur des technologies 3D au service d’une plus grande créativité

La France n’est pas en reste, à l’instar de Lancôme qui crée des présentoirs personnalisés, ou des lunetiers Jérôme & Arnaud. Le joallier Jauballet donne à ses clients la possibilité d’accéder au design de ses bijoux grâce un système de prototypage en cire.

Arnault Coulet, fondateur de Fabulous, commente : « Aujourd’hui, l’évolution des technologies d’impression 3D permet de porter différentes formes de créativité pour des marques et des designers sur tout le territoire ; cela apporte du sang neuf au Luxe, change sa relation au consommateur, et à ce titre contribue à son rayonnement. L’extrême curiosité des acteurs du secteur pour la fabrication additive montre qu’ils sont globalement convaincus par ces qualités. De sorte qu’ils resteront, avec l’aéronautique et la santé, des acteurs levier. »

Cliquer ici pour accéder à l’infographie interactive http://www.fabulous.com.co/blog/lux...

Suivez Industrie Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'Industrie Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: